Dix-sept ans

                               « On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans… »
                                                                     PAR Bernard Langlois
                                                                                    Politis, jeudi 13 décembre 2007  
 
Dix-sept ans, c’est l’âge de cette lycéenne de Chalon-sur-Saône qui écrit à l’hebdomadaire Jeune Afrique. Son attention a été retenue par un article sur les travailleurs « clandestins » (les guillemets sont d’elle.)
C’est un problème qu’elle dit bien connaître, dont elle parle « en connaissance de cause et en étrangère », bien que née en France et y ayant toujours vécu.
Cette adolescente, qui demande qu’on excuse son écriture, parce que « je vous ai écrit en étude » (on l’imagine, derrière quelque livre, se planquant du pion de service…), se montre révoltée par le sort fait à ces « clandestins », ces « sans-papiers » qui demandent, jusqu’à faire la grève de la faim, une régularisation qu’on leur refuse, « pour être enfin assimilés à leurs compatriotes étrangers en règle » ; ces étrangers « qui sont venus pendant la prospérité et qui, dorénavant, sont remis en cause quotidiennement. »
Elle dénonce le « racisme », la « xénophobie », une « tension » qu’elle sent monter « particulièrement dans les endroits publics (écoles, bureaux). » Et à ces Français qui disent aux étrangers : « Si tu n’es pas content, retourne dans ton pays où on crève de faim », aux employeurs dont « le slogan » est : « tais-toi ou part ! », elle tient à dire, par l’intermédiaire de son magazine préféré, « qu’ils sont ridicules ». Et qu’« ils ne s’imaginent pas la crise qui pourrait atteindre "leur" pays avec le départ de "ces bougnoules" ».
 
Belle lettre d’une petite « bougnoule » en colère, que le journal publiera, bien sûr : en 1982, date de son expédition. Et qu’il a exhumé de ses archives il y a quelques jours en la mettant sur son blog .On imagine que le confrère (François Soudan, directeur de la rédaction) est tombé par hasard sur ce vieux courrier en feuilletant la collection de l’hebdo et qu’il a sauté sur sa chaise en voyant la signature : « Rachida Dati. »
 
« On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans/et qu’on a des tilleuls verts sur la promenade… » (Arthur Rimbaud.)
 
Madame de Maintenant
 
C’est donc cette même Rachida Dati qui, vingt-cinq après, joue les « tops » en couverture d’un magazine pipole et considère, comme son grand petit homme, que les deux nuits de révolte de Villiers-le-Bel n’ont rien à voir avec quelque malaise social que ce soit et ne relèvent que de « la voyoucratie. »
L’arrivisme restera toujours pour moi un mystère. Comment passe-t-on de l’ambition légitime, qui consiste pour chacun à tirer le meilleur de soi (de ses « talents », comme dit l’Évangile), à cette soif inextinguible d’une ascension sociale au prix de toutes les trahisons (de son milieu, de sa classe, de son origine, de sa famille…) ?
Comment fait-on pour oublier si allégrement d’où l’on vient, pour renier la petite fille qu’on a été, ses révoltes et ses enthousiasmes ?
Certes, qu’il y ait dans le parcours de la favorite de notre Président une bonne dose de travail et de mérite n’est pas niable ; mais il y a aussi cette audace à forcer les portes, à trouver les bons leviers, à faire jouer les meilleurs pistons qui vous « boostent » une trajectoire et vous propulsent vers des sommets qu’on n’atteint pas sans donner bien des gages et renoncer à bien des convictions ; sans piétiner aussi la concurrence : ne dit-on pas que c’est elle, Madame de Maintenant, qui a obtenu du Prince que Rama Yade soit barrée de la liste de la délégation française en Chine ?
Comme si personne (ni Rama ni Fadela) ne devait lui disputer le monopole de la représentation des Excellences « issues de l’immigration ».
 
La colère de Rama
 
Quand Sarkozy fraîchement élu a inclus dans son gouvernement ces jeunes femmes inconnues incarnant la diversité française, on aurait presque applaudi (si dans le même temps, avec son ange Heurtebise, il ne dressait le donjon de l’Immigration et de l’Identité de même métal).
 
À tout le moins, on en a voulu à la gauche de n’avoir pas décelé, en son temps, ces talents venus de cette composante de la société maintenue depuis si longtemps et si injustement à l’écart de toutes fonctions représentatives, de toutes responsabilités : un peu comme ­ comment dire ? ­ des Indigènes de la République, non ? Donc Sarko, briseur de tabous en gros et en détail, en fracassait un qui méritait bien de l’être. Mais on aurait pu se douter qu’il en allait de ces ministres « exotiques » comme de leurs collègues « socialistes » : on les voulait potiches, exécutrices des basses oeuvres et, pour tout dire, un peu putes et beaucoup soumises.
 
Ce pour quoi l’apparente rébellion, ce lundi matin, de Mme Yade ­ en ses fonctions de secrétaire d’État aux droits de l’homme ­ devant l’accueil triomphal réservé au dictateur libyen fait sensation : sera-t-elle sanctionnée ? D’autant qu’elle (cette rébellion) contraste, par sa netteté, avec les explications emberlificotées de son patron (virtuel), ce ministre mangeur de chapeau et toujours plus étranger aux Affaires, présentement logé Quai d’Orsay. La logique voudrait qu’elle le soit ­ ou que la belle Rama aille au bout de sa colère en rendant son tablier. Car, à l’évidence, le Président bling-bling et le Colonel boum-boum s’entendent comme larrons en foire.
Il est pourtant probable que le Prince ne s’offusquera pas. C’est un des talents de Sarkozy de faire flèche de tout bois ; et chacun voit bien que le coup de gueule de Rama Yade a un incomparable mérite : il couvre jusqu’à les éclipser les remontrances des socialistes, une nouvelle fois rendus inaudibles. N’est-ce pas, pour le souverain, le comble de l’habileté d’avoir inclus son opposition au sein de son gouvernement ?
 
La raison d’État
 
Sarkozy et Kadhafi, Sarkozy en Algérie, Sarkozy et Poutine : il serait abusif d’accorder au Président un brevet exclusif de cynisme. On sait ce qu’est la raison d’État, et que les droits de l’homme s’arrêtent ou celle-ci commence, comme le disait Pasqua avec sa rude franchise.
 
Aussi bien, ce n’est pas sur ce terrain que les Français dresseront le bûcher de l’homme qu’ils commencent déjà à regretter d’avoir porté sur le pavois.
Le sort des dirigeants se joue bien davantage sur le terrain de la vie quotidienne, du chômage, du pouvoir d’achat que sur celui de la politique étrangère ; même le risque pris en s’engageant comme il l’a fait sur une prochaine libération de la malheureuse Ingrid Betancourt, quelle qu’en soit l’issue (qu’on souhaite positive, bien sûr), ne changera pas grand-chose au cours du quinquennat : Margot verse sa larme, mais revient vite au compte de ses écus, ce qui, en ces temps de vaches maigres et de gras faisans, est bien compréhensible.
Mais, puisqu’il fut beaucoup question ces derniers temps des méfaits du colonialisme, laissez-moi vous recommander un livre qui ne prend pas de gants pour parler du racisme ordinaire, le nôtre : l’auteur, Odile Tobner (qui fut la compagne de l’écrivain camerounais Mongo Beti, mort au début du siècle), a pris la succession du regretté François-Xavier Verschave à la tête de l’association Survie. Elle démontre comment, depuis le Code noir (1685) jusqu’à aujourd’hui (Finkielkraut, Carrère d’Encausse et tant d’autres), la négrophobie est ancrée dans l’imaginaire français.
Déplaisant miroir qu’elle nous tend là [2]. Il faut avoir l’honnêteté de s’y regarder.
 
Les faux-culs
 
«Les faux-culs de l’air du temps/Se pavanent à tous les vents/On les voit on les entend/
Sur les ondes et les écrans/Philosophes d’opérette/Marchands de sable prophètes/
Qui dans les salons caquettent/Rondejambent et girouettent… »
Quelques vers de Vasca, pour bien finir l’année et se donner un peu de courage pour celle qui vient (et qui, n’en doutons pas, sera pire !).
 
Jean Vasca, vieux troubadour de nos révoltes communes, m’envoie « le chapitre 24 de mes chroniques martiennes, mon bloc-notes à moi ». (24, déjà, on se fait vieux ! Merci l’ami.) Et vous, lecteurs, prenez et goûtez : le poète a quitté « ses quartiers Nord » et garé « son char dans le Gard » ; parce que : « Dame on fatigue/de zags en zigs… » ; qu’on est parvenu à un âge où « la mort désormais (nous) compte sur les doigts/Cette comptable experte tient ses comptes à jour… ». Pour cette fois, avoue-t-il, elle n’est « pas passée loin ». Alors : « On sort un peu plus tard planant dans ses flanelles/Allons ce n’était pas encore pour aujourd’hui/Et au bistrot d’en face on s’envoie un demi/Avec la soif de ceux qui l’ont échappé belle. » Et puisque tel est son destin et que l’heure n’est pas venue encore de prendre « un aller simple pour Mars », Jean Vasca continue, pour notre grand plaisir, à « émonder l’arbre du verbe » et à poser des musiques et des rythmes sur ses vers, à moins que ce ne soit l’inverse. Et c’est somptueux.
« Il faut débander de soi-même/Le jus clair et libre du chant/Pour que monte l’eau d’un poème/Un peu parfois de temps en temps… [3]  »
 
Heureusement qu’il est des gens qui sont restés fidèles à leurs dix-sept ans, non ?
 
 

Billet publié avec l’autorisation de  LN :
Ca se passe comme ça chez nous !
http://familybabcool.spaces.live.com/default.aspx

13 Réponses to “Dix-sept ans”

  1. Jusqu\’ou le pouvoir mène-t-il les gens ?
    En ce qui concerne le pouvoir d\’achat,  personnelement je pense que les gens devraient avant tout penser à leur pouvoir de dire merde avant le pouvoir d\’achat.

  2. Oui, l\’ivresse du pouvoir…Mais je pense aussi aux gens autour de moi et à moi donc : j\’essaie d\’imaginer leurs 17 ans, je me demande si le rouleau compresseur de la vie les a abimés ou s\’ils ont gardé une fidélité à eux-mêmes. Gautama, je viens de dire merde… mais je crois que je vais en manger !

  3. LOL Je suis d\’accord avec toi Jipi. Le pouvoir perverti les êtres…ou peut-être révèle t\’il chez eux ce qu\’ils ont de pire ?
    Le problème c\’est que même ceux qui ont dit "m…", et même surtout eux, se retrouvent plongés dedans.
    On n\’élit plus des personnes qui vont nous représenter mais des arrivistes qui vont nous gouverner…tout le problème est dans cette distorsion.
    REVOLUCION !

  4. à dix-sept ans, je serai rebelle. à quarante ou cinquante? déjà des rhumatismes. Je reste au chaud. C\’est mieux.
    il est amer de constater qu\’une saine colère soit rangée soigneusement dans le tiroir d\’un meuble qu\’on jette.
    je peux avoir des rhumatismes et préférer le chaud de ma maison. Oui, j\’ai cela, grâce à mon travail, à mon parcours. Mais que mes premiers cheveux blancs ne deviennent pas le maquillage d\’une respectabilité de position. J\’ai toujours dix-sept ans et je suis rebelle… comme je crois en cette République et en ces jeunes de dix-sept ans qui expriment leur saine colère. J\’ai pu réfléchir sur tout ça et leur donner les mots pour dire leur angoisse.

  5. J\’aime beaucoup ces articles, je ne saurai en parler mais je le ressens
    et je me dis aussi si le savoir donne çà, ben c\’est pas bien beau…
    On peut éventuellement changer d\’avis mais de là à renier ces origines
     non c\’est pas permis (enfin pour moi).
    MERCI EVA pour ton com. ca va je suis assez zen et j\’ai entendu un truc sur France Inter qui m\’a réjoui
    Une manifestation (chez-soi) le 22 Décembre à 7 heures 08 en France t\’es au courante ?
    Comme ça aussi ça fait réver… Bisous tout doux amie Eva
    Je suis super heureuse de réécouter la radio c\’est fou ce que c\’est interessant j\’avais oublié ben oui!!!
    Aujourd\’hui 3 activités en même temps je progresse mdrr

  6. Eva, qui prendra la tête de la révolution?…encore un arriviste.

  7. "Nul homme qui aime son pays ne peut l\’aider à progresser s\’il ose négliger le moindre de ses compatriotes. Gandhi."
     N\’y aurait-il qu\’un seul exemplaire d\’un tel être humain ?
     Sommes-nous condamnés à être menés à l\’abattoir sans même résister ?…

  8. Eh oui… Moi je suis à 500% d\’accord avec tout ça, j\’ai l\’impression en lisant ce billet de voir du concentré  de mes journaux satiriques préférés, plus une bonne pincée de blogs bien choisis… Et tous les gens qui vous lisent régulièrement sont d\’accord également, je suppose. Mais tous les autres? Comment leur ouvrir les yeux? Je n\’ai plus 17 ans depuis longtemps mais, et c\’est peut-être dommage vu le bien que ça me fait…  j\’ai gardé cette faculté d\’indignation qui m\’étouffe parfois au point de ne plus savoir que dire!

  9. Oui, heureusement.
    La preuve…

  10. Nous vivons encore dans une démocratie n\’est-ce-pas?
    c\’est drôle… il me semble… j\’ai comme une impression…
    J\’ai froid tout à coup!
     
    Baisers tendres Eva.

  11. Bon Eva revenons aux choses moins sérieuses, tu sais quoi et ben c\’est ton aniversaire aujourd\’hui, je te souhaite donc tout plein de bonnes choses et je te fais des bisouilles
    Jipi

  12. Je passe pour te souhaiter un happy birthday… Et tu sais quoi ? Justement c\’est la teuf à la maison, passe donc ! Bon, ok, c\’est de l\’électro, mais ça le fait, je te promets.🙂

  13. C\’est pour ça ausi que je t\’aime, ma doudoune, avec toi j\’ai toujours mes 17 ans,et je reste un révolutionnaire🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :