Ordinateur portable : DANGER !

 
 
                                         PARIS (AFP)
 
 
 – Attention, jouer ou travailler trop longtemps avec son ordinateur portable posé sur les genoux    peut brûler la peau même à travers les vêtements, avertissent des médecins à la suite du cas d’un scientifique suédois qui s’est roussi la peau du pénis et des bourses.
Confortablement installé à la maison dans son fauteuil, l’ordinateur sur les genoux, la victime – un homme de 50 ans, père de deux enfants – s’était plongée dans la rédaction d’un rapport pendant près d’une heure, selon une lettre adressée au Lancet, un hebdomadaire médical britannique paraissant samedi.
Le jour suivant, il a commencé à développer des cloques douloureuses sur le prépuce et le scrotum, qui se sont ensuite infectées , puis ont disparu sans nécessiter d’antibiotiques. Le chercheur s’est souvenu avoir légèrement déplacé l’ordinateur, alors qu’il était absorbé par son ouvrage, pour se débarrasser d’une sensation de brûlure.
Les manuels conseillent habituellement de ne pas poser l’ordinateur portable directement sur la peau, mais en l’occurrence le patient était habillé.
"Cette histoire doit être prise au sérieux" , écrit l’auteur de cette correspondance, Claes-Goran Ostenson de l’Institut Karolinska de Stockholm (département de médecine moléculaire).
About these ads

Une Réponse to “Ordinateur portable : DANGER !”

  1. JEAN-PIERRE Says:

    Je connais ! Et si tu voyais le miens alors !!! OOOOOOOOOOOOOH

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :